Découvrez l'histoire du pays Hamois

Le Pays Hamois était une « communauté de communes » créée en 1960. Cette communauté de communes a été disparu le 31 décembre 2016 pour créer la communauté de communes l’Est de la Somme. Le Pays Hamois traversais deux départements, la Somme et l’Aisne, et était composé de 17 communes dans la Somme department et 1 commune dans l’Aisne.

Où se situe le Pays Hamois ?

Le Pays Hamois était situé dans la Somme département, dans la région de Picardie. Le Pays Hamois avait une superficie de 139,3 km² et une population de 12446 habitants avant sa disparition.

L’Histoire

Le district de Ham a été crée le 12 octobre 1960 suite à une ordonnance à propos des Centres de Secours contre l’incendie. En 1971, il y avait déjà 8 communes dans la communauté de Ham. D’autres communes sont rattachées à Ham jusqu'en 2009 quand la dernière commune, Pithon, a rejoint le groupe. La commune siège était Ham et Monsieur Marc BONEF était le Président de la communauté de communes du Pays Hamois depuis 1989, et jusqu’au fusionnement. Le Pays Hamois avait un mediathèque, un grand auditorium de musique, un lycée professionnel et un complexe nautique donc il était considéré comme une communauté culturelle, sportive et scolaire.

Le Pays Hamois en 2020

Actuellement, la communauté de Communes du Pays Hamois n’existe plus. En 2015 une loi est passée pour réorganiser le territoire de la république française. La loi demandait que chaque établissement public de coopération intercommunale a un minimum de 15000 habitants. Le Pays Hamois avait moins que 13000 habitants, et le Pays Neslois avait moins que 8000 dans ses 24 communes. C’est pour cette raison que les deux communautés de communes ont fusionnées pour créer une intercommunalité de 42 communes avec plus que 20000 habitants. Les conseils communautaires et municipaux concernés ont voté pour la fusionnement, et la communauté de communes l’Est de la Somme a été créée le 1er janvier 2017. Le siège est toujours situé à Ham est le Président est actuellement M. André Salomé, maire de Rouy-le-Petit. Il y aussi un conseil communautaire composé de 64 délégués.

Tourisme dans la Pays Hamois

Le Château de Ham a été construit entre le XI et le XVI siècle, puis transformé en château-fort. Plus tard il était transformé en prison d'état, le prisonnier le plus célèbre était le Prince Louis-Napoléon, futur Napoléon III, qui était emprisonné dans le château de 1840 à 1846, avant de s'échapper déguisé en maçon. En 1917 le château a été explosé pendant la première guerre mondiale, et tout ce qui reste est la tour d'entrée, le donjon et les vestiges du fort.

Canal de la Somme

Dans le Pays Hamois nous pouvons voir le canal de la somme, aussi appelé « canal du duc d'Angoulême ». Ce canal de 163,8 km relie le canal de Saint-Quentin à la manche. A côté d’une partie du canal est la Véloroute de la vallée de la Somme, un piste cyclable et chemin pour les piétons. La véloroute est une voie verte, c’est-à-dire un chemin qui est interdit aux véhicules motorisés afin de protéger l'environnement.

Liste de communes

Les communes dans la communauté de communes du Pays Hamois avant sa disparition, par ordre alphabétique :

  • Athies
  • Brouchy
  • Croix-Moligneaux
  • Douilly
  • Ennemain
  • Eppeville
  • Esmery-Hallon
  • Ham
  • Matigny
  • Monchy-Lagache
  • Muille-Villette
  • Offoy
  • Pithon
  • Quivieres
  • Sancourt
  • Tertry
  • Ugny-l’Equipee

Informations sur les communes individuelles

La commune de Pithon est la seule commune dans le département de l’Aisne, elle est aussi la commune la plus petite avec une superficie de 2,44 km². Pourtant, la commune avec la population la plus petite est Ugny-l'Équipée qui n’avait que 41 habitants en 2014. La commune la plus grande, sur une superficie de 18,90 km² est Esmery-Hallon. En revanche, Ham a la plus grande population avec 4717 habitants, ce que fait une densité de 497 habitants par km². Y est la commune avec le nom le plus court dans toute la france, et c’est également un des noms le plus courts dans le monde entier. Les habitants d’Y sont appelés Ypsiloniens, qui vient de la lettre Grecque « Upsilon ».